Aller à l'accueil d'Aquafolie Calendrier, BoursesForum AquariophiliePetites AnnoncesPartenaires


Poissons et AutresPlantes et AlguesLes AquariumsLa Boutique AquariophileLes Magasins
Les LivresLes Aquariums PublicsLes Clubs AquariophilesLes Plus

Les poissons
d'Eau Douce - d'Eau de Mer - d'Eau Saumâtre - Cichlidés d'Afrique - Cichlidés d'Amérique - Cichlidés d'Asie

Les autres animaux
Bernards l'Ermite - Artémias - Crabes - Bénitiers - Coelentérés - Hippocampes - Ecrevisses - Crevettes - Grenouilles - Nudibranches - Gastéropodes - Etoiles de Mer

Des articles
Anémones et Poissons Clowns - L'Alimentation - Les Maladies - Les Traitements - Anatomie des Poissons


Les Bernards l'Ermite

Généralités sur les crustacés

L'espèce

Vous trouverez ici les espèces appartenant à la famille des Malacostracés et plus précisément les Décapodes.
Les Décapodes représentent les Crustacés les plus évolués. Les appendices des trois premiers segments thoraciques, transformés en pattes-mâchoires, s'incorporent à l'armature buccale. La tête et le thorax forment une espèce de coque avec les cavités branchiales délimitées.
Les pattes des cinq derniers segments thoraciques sont natatoires ou marcheuses, d'où le nom de Décapodes. Les yeux sont placés à l'extrémité d'un pédoncule mobile. L'abdomen reste segmenté et bien développé chez les Macroures: Ecrevisse, Homard, Langouste; il ne forme qu'un tablier triangulaire rabattu sous la coque chez les Brachyoures: Crabes, portunus.
Enfin, il est mou et asymétrique chez les Pagures ou Bernards l'Ermite qui se logent dans une coquille de Gastéropode.
Les crustacés décapodes marcheurs (crabes, homards, langoustes, écrevisses, crevettes) ont tous une carapace articulée qui se divise en deux parties, le céphalothorax (coque) et l'abdomen.

L'évolution

Au cours de sa croissance, un crustacé se retrouve à l'étroit dans sa carapace qui ne grandit pas avec lui. Il a donc besoin de "changer de peau"; c'est ce qu'on appelle la mue. Il va alors reconstituer sa carapace en absorbant le carbonate de calcium présent dans l'eau (c'est pourquoi il préfèrera une eau dure, parfois saumâtre), mais aussi dans une moindre mesure à partir du calcium contenu dans son estomac.
Leur corps est mou et fragile, il devient la proie des prédateurs. Et comme toujours il faudra prévoir des abris.
Il est totalement exclut de les faire cohabiter avec des poissons carnivores. Il sera plus judicieux de les placer avec des espèces calmes.

Le mode de vie

En général, les crustacés sont carnivores ou omnivores, parfois détritivores. Ils se nourrissent de chair de poisson, de moules cuites et de viandes maigres (poulet, jambon). Ils contribuent à l'équilibre d'un bac en se nourrissant du surplus d'aliments délaissés par les poissons. Le danger est nul pour les petits poissons, à moins qu'il soit très affaibli, malade, ou à l'état d'alevin. Les plantes tendres sont rarement consommées, mais peuvent être abîmées lors de déplacements brusques ou si elles se trouvent simplement dans le chemin. Ceci car les crustacés marchent sur le sol; vers l'avant, mais peuvent reculer brusquement en repliant leur abdomen et sauter ainsi hors du bac si celui-ci est mal couvert. Ils savent nager également en pleine eau.
Les crustacés sont assez résistants. Ils préfèreront une eau dure, avec un pH supérieur à 7.0. La température ne doit jamais descendre en dessous de 18°C, ni monter au-dessus de 29°C; l'idéal est entre 25 et 26°C. Vous les verrez souvent chercher les coins d'ombre où elles se dissimuleront.

La reproduction

Les crustacés sont ovipares, les orifices génitaux sont situés sous le ventre entre les pattes marcheuses. Lors de l'accouplement, le mâle retourne la femelle sur le dos (parfois après sa mue) et dépose une masse de sperme près de ses orifices génitaux. La ponte a lieu quelques heures après, les oeufs sont fécondés au fur et à mesure de leur ponte. Ils sont ensuite agglutinés par une substance gélatineuse (sécrétée par des glandes) entre les pattes nageuses dont le mouvement les aère, le temps que les embryons se développent.L'incubation dure de dix à vingt jours en fonction des espèces et de la température: plus celle-ci est élevée, plus l'incubation sera courte. A l'éclosion, c'est une petite larve qui apparait; elle nage en pleine eau, passant par plusieurs stades avant l'âge adulte.

Les Bernards l'Ermite



Bernards l'Ermitte

Ils jouent un rôle très important. Ce sont des omnivores et des opportunistes : ils broutent les algues rases ou encroûtantes, et consomment aussi bien des déchets organiques, des restes de cadavres que des proies telles les escargots ou d'autres Bernards.

Si certaines espèces sont terrestres, d'autres vivent à la fois dans l'eau et sur terre, et encore d'autres ne vivents que dans l'eau. La diversité des espèces en fait un animal intéressant.

Les Bernards l'ermite sont une espèce de crabe au corps mou, ce qui consitue leur point faible. Ils protègent donc leur corps dans des coquilles d'escargots qu'ils trouvent ou qu'ils prélèvent manu-militari à leur proprétaire initial... Même les escargots pourvus d'un opercule de fermeture dur ne résistent guère à la pugnacité d'un Bernard l'ermite qui a faim : en faisant levier avec une pinces, il soulève l'opercule, puis découpe les chairs qui le retiennent fermé avec l'autre pince....

Vivant parfois protègés au sein des coraux durs branchus, ils échappent aux prédateurs ou à leurs congénèrent. Ainsi, un bernard l'ermite mue souvent, changeant l'intègralité de sa carapace. Pour cela, il s'isole parfois sur une branche de corail peu accessible, puis procède à sa mue tranquillement. La caracasse résultant de la mue pourra éventuellement constituer un apport nutritif au corail...

Certains bernards l'ermite (Dardanus pedunculatus ou deformis), visibles aux Philippines, promènent plusieurs petites anémones sur leur coquille. Urticantes, celles-ci éloignent le principal prédateur : la pieuvre ! Lorsque le changement de coquille se fait sentir, le Bernard l'ermite déplace ses anémones qu'il repose sur sa nouvelle coquille. Les anémones se laissent faire, car elles profitent des restes des repas de leur hôte. Il s'agit donc d'une symbiose.

Les Bernards l'ermite sont généralement nocturnes. En dehors des pieuvres, les prédateurs des Bernards l'ermite sont des animaux à dent dure ou certains crabes qui peuvent découper leur coquille avec leur pince.



Sondage

Est-ce que l'aquascaping vous intéresse ?







Résultats
Anciens sondages



Réagissez à cet article :


Ajoutez votre commentaire :
(Pas de publicité SVP)

Votre nom ou pseudo* :
Entrez votre e-mail pour être averti d'une réponse (facultatif et non visible des visiteurs) :

Entrez les chiffres et lettres* :
Captcha  Changer le Captcha
(* champ requis)

AQUAFOLIE© 1999-2016, la passion de l'aquariophilie
Contact

Voyager en Laponie

Design by NH Consulting

Retour en haut du document Descendre d'une page