Aller à l'accueil d'Aquafolie Calendrier, BoursesForum AquariophiliePetites AnnoncesPartenaires


Poissons et AutresPlantes et AlguesLes AquariumsLa Boutique AquariophileLes Magasins
Les LivresLes Aquariums PublicsLes Clubs AquariophilesLes Plus

Les poissons
d'Eau Douce - d'Eau de Mer - d'Eau Saumâtre - Cichlidés d'Afrique - Cichlidés d'Amérique - Cichlidés d'Asie

Les autres animaux
Bernards l'Ermite - Artémias - Crabes - Bénitiers - Coelentérés - Hippocampes - Ecrevisses - Crevettes - Grenouilles - Nudibranches - Gastéropodes - Etoiles de Mer

Des articles
Anémones et Poissons Clowns - L'Alimentation - Les Maladies - Les Traitements - Anatomie des Poissons


L' hippocampe ou le cheval des mers en aquariophilie

hippocampe ou cheval des mers dans les aquariums

 



hippocampe femelle hippocampe male hippocampe ou cheval des mers

L'hippocampe est un petit animal très apprécié des aquariophiles, d'autant plus du fait qu'il est très rare d'en trouver dans le commerce. Il est très important de prendre conscience que l'hippocampe fait parti des espèces protégées et relativement bien surveillées, et que c'est un animal fragile et sensible aux variations de son milieu. Il est donc impératif de veiller à ce que son environnement soit équilibré, et cela commence par un bac donc le volume sera suffisamment important. A savoir qu'un bac de 100 litres est un minimum pour accueillir 2 à 4 hippocampes.

Les couleurs sont très variables, tout comme leur taille d'ailleurs. Ces différences s'expliquent par la multitude de variétés existantes.

La durée de vie de l'hippocampe est également très variable, elle est estimée en moyenne entre 2 et 4 ans, mais les conditions de vie y sont pour beaucoup. C'est un animal qui demande des soins particuliers, beaucoup de sérénité et de calme dans son environnement. Il faut bien comprendre que l'hippocampe est très sensible, notamment par rapport à son environnement. Le principe aquariophile de reproduire au mieux l'environnement naurel se confirme avec les hippocampes. Dans la nature, il vit dans des zones peu profondes, de préférence à proximité de la végétation pour pouvoir rapidement se cacher en cas d'agression. Il est donc nécessaire de lui fournir un aquarium spécifique pour lui éviter au maximum les frayeurs et les attaques.

L'hippocampe est à l'affût de la meilleure protection et du meilleur camouflage possible, car de part son anatomie il est assez vulnérable.
Il dispose d'une colonne vertébrale, qui se termine en spirale au niveau de la queue. Cette particularité lui confére une certaine agilitée pour se maintenir accroché à une branche ou une racine, il s'en aide comme d'un gouvernail pour se diriger mais cela s'arrête là. Il n'est pas rapide et n'a pas beaucoup d'aisance pour circuler dans l'aquarium. Ses deux nageoires branchiales lui permettent de se diriger, une nageoire caudale qui lui permet d'avancer et une dernière lui permet de se maintenir en équilibre.
Ce petit animal a une peau assez fine qui recouvre des plaques dermiques, qui sont tout simplement des plaques osseuses. Cette armature le protège mais pas contre tout.
Heureusement qu'il dispose de deux yeux totalement autonomes, ainsi il peut voir de partout et a tout moment ce qui lui permet de repérer d'éventuels prédateurs et d'opter pour la tenue de camouflage. Une de ses facultés est de changer de couleur et de se fondre parfaitement dans son décor.

 

L'aquarium des hippocampes - La filtration - L'entretien - La reproduction - La maladie


L'aquarium des hippocampes
aquarium pour hippocampe

 

Tous les conseils prodigués dans la partie "L'aquarium d'eau de mer" sont à prendre en compte pour les hippocampes. L'aquarium d'eau de mer est assez difficile à réussir, il en est de même pour l'aquarium spécifique d'hippocampes. Faire un aquarium spécifique d'hippocampes augmente les chances de réussite.
Pour simplifier la maintenance, il ne faut pas oublier qu'au plus l'aquarium est grand au plus l'équilibre se maintient facilement et les variations des paramètres sont raisonnables. Cela n'empêchera pas de veiller quand même à un entretien minutieux, ils sont très sensibles aux nitrites et nitrates, et changements brutaux des paramètres.
Ces petits animaux ont besoin d'un grand volume d'eau, ils aiment bien se déplacer sans être gênés les uns par les autres. Ils aiment avoir des petits coins intimes où ils se retrouvent en couple, mais ils aiment aussi avoir un peu d'indépendance et aller chacun de leur côté de temps à autres. Généralement, on considère que 3 à 4 hippocampes peuvent cohabiter dans un aquarium de 100 litres avec la décoration. Ce volume permet de respecter leurs besoins, de pouvoir s'alimenter assez facilement sans avoir à trop chercher leur nourriture, même si vous les trouverez de temps en temps à la rechercher car ils aiment bien ça.

L'aménagement du bac a une grande importance, l'idéal est de reproduire le plus fidèlement possible son habitat naturel. Il s'agit donc de recréer des herbiers ou en tout cas des zones bien plantées avec des algues ramifiées pour qu'ils puissent s'y accrocher aisément. On peut également mettre du bois, des roches et coraux (possible de mettre quelques squelettes de coraux), le sable et tous les éléments du décor ne doivent pas avoir d'arrêtes abrasives qui pourraient les blesser. Il faut être très vigilent aux éléments qui composent le décor pour qu'ils soient le plus en sécurité possible.

En résumé, il faut : du sable, des roches et/ou du bois, des algues, les hippocampes, et rien d'autre !

Surveiller la temprature de l'aquarium d'hippocampe
Pour la température, celle-ci peut se situer entre 22 et 30°C. Il faut bien noter que 30°C est un grand maximum, au-delà ils vont s'épuiser, moins s'alimenter et dépérir. L'idéal est de les maintenir à une température de 23 à 24°C pour pouvoir monter progressivement à 26°C si l'on souhaite les faire se reproduire. La règle est la même pour tous les animaux, ne jamais faire de choc thermique car cela leur est fatal. Si on a à changer la température, il faut vraiment prendre le temps et le faire sur plusieurs jours.
Il faut faire attention au placement du chauffage, les hippocampes ne doivent pas être en contact direct avec celui-ci.

Faire les test pH pour l'aquarium d'hippocampe
Pour le pH, généralement celui-ci doit être de 8. Même en période de reproduction, il ne doit pas varier.

Vrifier la qualit du sel d'eau de mer pour l'aquarium d'hippocampe
La qualité du sel est identique à celle des aquariums d'eau de mer. Le taux de salinité est très important. Un taux de salinité voisin de 1.021 est idéal pour maintenir les hippocampes dans de bonnes conditions. La fourchette est très réduite car un taux vers 1.023 est déjà beaucoup trop haut, tandis que taux de 1.020 est déjà beaucoup trop bas !
àce que ce taux reste identique, ce qui implique des contrôles réguliers et un ajustement en conséquence. Si l'eau est trop salée, il suffit d'ajoutez progressivement de l'eau douce exactement à la même température et avec le même pH que l'eau contenue dans l'aquarium. Dans le cas contraire si l'eau n'est pas suffisamment salée, il suffit de prendre une eau avec les mêmes paramètres en température et en pH, de dissoudre le sel et de l'ajouter progressivement au bac. Il faut faire des tests intermédiaires pour ne pas faire trop de variations et devoir ajuster dans le sens inverse. L'ajustement doit se faire à la sortie de la filtration pour que le brassage se fasse mieux. Surveillez le cycle de dénitrification.

Il faut faire attention à tout ce qui est chlore et chloramine, avant tout changement d'eau il est impératif de faire reposer l'eau dans un grand bac quelques heures. On peut accélérer le processus en mettant une pompe qui aére l'eau, en cassant la surface de l'eau le chlore s'échappe.

Il faut noter que les hippocampes n'apprécient pas les éclairages intenses mais préfèrent les éclairages plus intimes.

 


La filtration
L'importance d'une bonne filtration pour les aquariums d'hippocampe

 

Les hippocampes sont des animaux fragiles et très senisibles à leur milieu. La filtration doit être suffisante et bien placée, pour que la qualité de l'eau soit irréprochable.
Comme pour un aquarium d'eau de mer classique, le volume filtré doit être 6 à 8 fois supérieur à celui de votre bac. Par exemple, vous avez un bac de 100 litres, préférez une filtration entre 600 et 800 litres de débit. Il est préférable d'avoir un filtre extérieur pour un tel volume, jusqu'à 300 litres on peut fonctionner avec une filtration externe. Au-delà, il est préférable de choisir une filtration par cuve avec un écumeur, etc.

Les éléments filtreurs doivent être : céramique, mousses de 2 grosseurs différentes, de la ouate, et éventuellement charbon. Nous considérons que le charbon est à utiliser ponctuellement, par exemple pour aider à enlever nitrites et nitrates ou pour enlever les résidus de traitements médicamenteux. Le charbon ne doit pas rester plus de 3 à 4 jours, il a un fort pouvoir absorbant mais il a un gros problème : au-delà de 4 jours il relâche les éléments absorbés. Il est donc impératif de ne le laisser que peu de temps. Il faut savoir qu'une fois bien rincé et séché, il est réutilisable.
Il faut organiser les éléments filtreurs du plus gros au plus fin.

La sortie de la filtration doit être placée de telle sorte que les hippocampes ne soient pas gênés. Ils n'aiment pas les eaux trop brassées et les courants forts, ils apprècient le calme.

 

L'oxygnation d'un aquairum d'hippocampe

L'oxygénation de l'aquarium est très importante mais peut leur être fatale. Si les hippocampes avalent de l'air sorti du diffuseur, la quantité d'air absorbée est trop grande et à une forte probabilité de générer une occlusion ou embollie puis la mort. Le plus simple est de le placer dans un coin de l'aquarium le plus calme possible, ainsi les bulles formeront une colone verticale nette qui ne pourra pas être confondue avec des proies ou autres éléments succeptibles d'intéresser ou intriguer les hippocampes. L'idéal est qu'ils n'aient pas d'accès direct.
De plus, il est préférable de choisir un diffuseur qui diffuse des bulles très fines.

 


L'entretien
Bien entretenir l'aquarium fragile d'un hippocampe

L'entretien doit être fait de façon régulière. En comptant 3 à 4 hippocampes pour un aquarium de 100 litres, vous pouvez très bien changer 10 litres sur ces 100 litres toutes les semaines. Veillez bien à ce que l'eau ajoutée ait la même température, le même pH et le même taux de salinité que ceux de l'eau du bac.
Quand vous changez l'eau, pensez également au chlore et à la chloramine, si ces éléments sont néfastes pour les poissons ils le sont tout autant pour les hippocampes. Il faut donc avoir un grand récipient pour faire reposer l'eau, pour accélerer les choses vous pouvez mettre une pompe qui va brasser l'eau. La surface de l'eau ainsi cassée va permettre au chlore de s'en échapper plus rapidement. Vous faites cela le temps d'une journée et c'est bon votre eau est prête. Laissez tomber les produits faits pour préparer l'eau, éliminer le chlore, on peut très bien s'en passer.

Vous pouvez placer un stérilisateur UV pour vous aider, en prévention des maladies.

En cas de montée de nitrites et nitrates, changer 20 litres plutôt que 10 mais pas au-delà. Si cela ne suffit pas ajoutez du charbon à la filtration pendant 3 à 4 jours puis il faudra impérativement l'enlever.

Les règles sont identiques à celles qui doivent être respectées pour la bonne marche d'un aquarium marin, n'hésitez pas à aller voir la fiche "Eau de mer" dans la partie "L'aquarium".

Lorsque vous changez l'eau ne nettoyez pas la filtration systématiquement, ne retourner pas le sable pour aspirer tous les déchets. Tout ces supports sont colonisés par les bactéries dénitrifiantes, donc pour maintenir un bon cycle il faut veiller à ne pas tout nettoyer en même temps. En procédant ainsi, les bactéries dénitrifiantes seront encore en nombre suffisant pour se multiplier et faire leur travail efficacement, il ne sera pas utile de réensemencer ! Lorsque vous procédez à des changement d'eau, préparez votre eau au moins 24h à l'avance, en utilisant comme base de l'eau froide que vous préparez avec du sel de bonne qualité et que vous monterez à la température identique à celle du bac et en veillant à ce que les autres paramètres soient également identiques à ceux du bac (densité, pH, dureté, calcium, magnésium, absence de chlore et chloramine).

 


La reproduction
La reproduction des hippocampes en aquariophilie

Le dimorphisme sexuel est suffisamment visible, tout d'abord le mâle a son thorax totalement lisse alors que celui de la femelle est irrégulier, ensuite il dispose d'une poche incubatrice externe qui se situe au niveau du ventre comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus.
Dans la nature, le couple se forme au printemps. Ce qui coïncide en fait avec une montée de la température de l'eau. Il se peut même que le couple reste fidèle pendant des années. Toutefois, il arrive qu'un mâle ou qu'une femelle ne se satisfasse pas d'un seul partenaire. Ceci s'explique par la production d'oeufs de la femelle, si la quantité d'oeufs n'est pas suffisante il cherchera une autre femelle, et à l'inverse si la femelle a trop d'oeufs elle cherchera un autre mâle pour qu'il porte les oeufs. Il est donc important d'avoir un nombreplus de mâles que de femelles pour garantir cet équilibre.

La reproduction a lieu environ une fois par mois quand les partenaires sont arrivés à maturité sexuelle, qui est pour la plupart des sujets autour de l'âge de 6 mois.

Une des particularités de l'hippocampe c'est que le mâle porte les oeufs, il se charge de leur protection.

Le mâle et la femelle vont se chercher pour finalement se trouver. Le mâle change de couleur, il est beaucoup plus éclatant et présente sa poche incubatrice à la femelle. Quand la femelle est prête à pondre, elle va accepter les avances du mâle. Ceci se traduit simplement par un enlacement du mâle et de la femelle, ils vont se déplacer ensemble en changeant de niveau dans l'aquarium. Pendant cet échange, la femelle va en profiter pour placer ses oeufs dans la poche incubatrice du mâle où ils seront fécondés. Le mâle va prendre en charge toute l'incubation qui dure environ 4 semaines. Cette période peut être écourtée en fonction de la température du bac, l'idéal est que la température se situe à 26°C et le pH doit être de 8. Mais attention, ce n'est pas parce que les oeufs ont éclos que le travail est terminé. Les petits vont rester encore quelques temps dans la poche, où ils sont d'ailleurs nourris. La poche continue de grossir, et le mâle va finalement mettre bas. Les petits sont éjectés de la poche par dizaines, qui vont monter à la surface, en voici un exemple :

La reproduction des hippocampes et leurs petits

Cette montée leur permet de piper de l'air, qui va gonfler leur vessie natatoire et ainsi leur permettre de se diriger notamment de haut en bas en gonflant ou en dégonflant celle-ci. A la naissance, les petits sont livrés à eux-même car les parents ne s'en occupent plus.
Durant les 4 ou 5 premiers mois, les petits vont changer de couleurs à plusieurs reprises, du brun au blanc laiteux, au jaune ... Au-delà de se laps de temps, leur couleur sera définitive.

Vous aurez remarqué que leur tête se termine par un tube avec un petit orifice, c'est ce qui fait office de bouche mais ils ne peuvent pas l'ouvrir. Leur seule possibilité de s'alimenter est alors d'aspirer leur nourriture. Ils n'acceptent que des proies vivantes, les paillettes , les aliments lyophilisés ne font pas leur bonheur. Alors un petit conseil, lancez-vous dans la reproduction des artémias. D'ailleurs si vous voulez savoir comment procéder allez voir dans la partie "L'alimentation" . En effet, ils adorent les artémias, les daphnies et acceptent les alevins de guppys (à vous de voir ...).

Il faut noter que ces petits auront plus de chance de survie si vous les mettez en nurserie en prévoyant un petit décor auquel ils pourront s'accrocher. A défaut, il y en aura qui seront pris dans la filtration ...

 


L'alimentation
L'alimentation des hippocampes avec des artmias

Pendant les premières semaines de leur vie, les petits restent dans la poche d'incubation du père. Ils y sont nourris par des échanges de sécrétions produites par le père. Dès l'expulsion de cette poche, les petits sont capables de s'alimenter.
On peut leur donner du plancton au début, puis petit à petit quand ils ont déjà quelques mois des nauplies d'artémias et des micro-vers. Ils arrivent à s'alimenter normalement assez vite.

Pour avoir une alimentation vivante à leur donner quotidiennement, vous pouvez vous lancer dans un petit élevage d'artémias, vous avez toute la technique dans "L'alimentation". Il ne faut pas donner les coques qui enveloppent les artémias car cela provequerait des occlusions intestinales. Ce qui leur est fatal.
Il est possible de leur fournir des artémias, des mysis, des cyclopes, des daphnies, des rotiphères, des copépodes surgelés en veillant à bien les décongeler auparavent.
Certains acceptent l'alimentation en paillettes réduites en poudre, tentez toujours c'est quand même le plus simple.

Dans tous les cas, il faut les surveiller après leur avoir donner à manger. Il est possible qu'ils fassent une fausse route. Si c'est le cas, ils changent de comportement et vacillent. Ils se comportent comme un poisson malade, nage saccadée entre autre.
Certains conseillent de tenter de les prendre entre deux doigts et de les remuer un peu de haut en bas pour les obliger à expulser le morceau en cause. Mais vu leur taille, je ne sais pas si cette méthode est vraiment conseillée. Une légère pression sous l'abdomen semble plus appropriée. Mais il est tout de même préférable de leur donner des aliments de petite taille, quitte à couper aliments s'ils paraissent trop gros pour leur bouche, avant de devoir employer les grands moyens.

Comme pour les aquariums d'eau de mer, il faut veiller à leur fournir un apport en vitamines et en calcium.

 


La maladie
La maladie des hippocampes

Comme nous vous l'avons déjà expliqué, les hippocampes sont difficiles à maintenir du fait de leur fragilité et de leur grande sensibilité à leur milieu. Tout comme pour les poissons, il faut les surveiller et les observer régulièrement pour voir au plus vite un changement de comportement. Toute maladie détectée au plus tôt sera mieux soignée, et il vaut mieux prendre un maximum de précautions car les hippocampes sont très difficiles à soigner. C'est pourquoi, il faut veiller à ce que les paramètres de l'eau soient corrects et qu'ils ne varient pas trop. Tous les changements doivent être faits avec délicatesse et patience, pour ne rien brusquer et limiter les risques.

Comme pour les poissons, les hippocampes se frottent aux décors, nagent de façon saccadée et désordonnée, piquent du nez ou au contraire semblent avoir la queue attirée au sol en tourbillonnant. Ils peuvent être agités et/ou pris de secousses. Une caractéristique supplémentaire témoin de maladies, les hippocampes vont rechercher le courant et l'oxygène, vous les trouverez souvent près de la filtration ou du bulleur ou à la surface quand ça ne va pas.
En général, l'hippocampe malade ne va plus s'alimenter comme d'habitude. Il peut même refuser toute nourriture et être amaigrit.

Ils peuvent même avoir les nageoires abîmées, les yeux exorbités et/ou recouverts d'un film, et avoir une couleur terne et sombre, avec par endroit des tâches plus claires. Son comportement est inhabituel. Ils peuvent avoir une surproduction de mucus, ou à l'inverse une dégradation de la peau, un développement de nodules, un voile qui recouvre leur corps y compris les yeux, ou encore avoir l'air boursoufflés.

Les causes peuvent être très variables, ce peut être du aux qualités de l'eau : pH inadapté, trop de nitrites ou de nitrates, manque d'oxygène, etc.
Ce peut être du à des éléments extérieurs tels des bactéries, des vers, et divers parasites. Ce sont les mêmes que pour les poissons, la partie "Les maladies" vous sera très utile pour reconnaître la cause et savoir comment la soigner.
A la différence des poissons, il vaut mieux préférer utiliser la dose la plus faible mais sur une plus longue période.
Lorsque les hippocampes ont des parasites mais qu'ils ne sont pas trop faible, on peut se permettre de les mettre 5 minutes environ dans de l'eau douce. Normalement, les parasites partent mais les hippocampes n'apprécient pas trop ce traitement. C'est pour cela qu'il ne faut le faire que si les hippocampes ne sont pas trop mal en point et qu'il ne faut pas le reproduire deux jours l'affilé.

Dans tous les cas, abaisser la température de l'eau aide à l'efficacité du traitement.

Pensez à utiliser un stérilisateur UV, ce qui détruira les virus, les bactéries (vibrio).



Sondage

Est-ce que l'aquascaping vous intéresse ?







Résultats
Anciens sondages



Réagissez à cet article :


Ajoutez votre commentaire :
(Pas de publicité SVP)

Votre nom ou pseudo* :
Entrez votre e-mail pour être averti d'une réponse (facultatif et non visible des visiteurs) :

Entrez les chiffres et lettres* :
Captcha  Changer le Captcha
(* champ requis)

AQUAFOLIE© 1999-2016, la passion de l'aquariophilie
Contact

Voyager en Laponie

Design by NH Consulting

Retour en haut du document Descendre d'une page